Y a-t-il un avenir pour les medias hors des tablettes et du net ?

Mai 29, 17 Y a-t-il un avenir pour les medias hors des tablettes et du net ?

Guy Crevier le Président-Éditeur de La Presse de Canada a été l’invité de LCI Matin.

« Depuis quelques années, nous entendons parler d’un mariage aux conséquences néfastes entre la presse traditionnelle et la presse numérique. Si la presse papier connaissait déjà une crise conjoncturelle, l’apparition assourdissante de la presse numérique accentue ses difficultés. » C’est avec cette phrase que la journaliste de renommée internationale et l’épouse de l’animateur de Zéro limite commentait son interview pour ensuite laisser la parole à Guy Crevier.

De nombreux journées grands et réputés à savoir, le quotidien La Presse au Canada s’est mis très tôt au Digital en créant des supports numériques à côté de ses canaux traditionnels.

Comment la presse canadienne a t-elle-su faire face aux evolutions technologiques ?

Selon une étude, les premières applications installées sur les tablettes des adultes sont celles qui tournent au tour de l’actualité et des infos. La Presse + était il y a quelques années la première application mobile à proposer du contenu journalistique de qualité et avec toutes les caractéristiques du Digital.

En demandant à un abonné fidèle à ce journal électronique pourquoi vous vous rendez souvent à l’application la Presse+ ? La réponse était : «Je trouve que c’est plus convivial, c’est facile et surtout accessible à tout moment et au moindre coût. »

« Depuis son lancement il y a un 4 ans, la Presse+ a été installée sur plus de 1 200 000 Ipad. C’est l’application gratuite la plus téléchargée de catégorie kiosque et actualités de l’Apple Store au Canada. Et la version pour Android qui vient d’être lancée a été installée sur 8000 tablettes en sa première journée de lancement. » Explique Guy Crevier, le Président-Editeur de La Presse au Canada.

L’avenir des medias francophones est-il numerique ?

« On s’est fixé comme objectif d’avoir au cours des 4 ou 5 prochains mois d’attirer l’attention de plus 60 000 abonnés autour de notre nouvelle application mobile. » Déclare, monsieur Crevier.

Selon la même étude, le lectorat de La Presse+ est constitué à 58% d’adultes âgés de 25 à 54 ans, qui en moyenne consultent l’édition numérique 44 minutes dans la semaine et 73 minutes le samedi.

Rimant avec l’évolution technologique et les nouvelles techniques digital, la publicité à son tour elle a dû s’adapter à ce nouveau medium et La Presse+ a réajusté ses tarifs auprès du marché tout en fournissant des informations précises sur l’impact des publicités. Résultats, 30% des revenus publicitaires de la presse proviennent maintenant de La Presse+.