L’assurance-chomage selon Emmanuel Macron

Août 07, 17 L’assurance-chomage selon Emmanuel Macron

A l’approche des élections présidentielles, les candidats commencent à présenter leurs plans pour la plupart des sujets qui concernent la société française. Une de ces principaux axes est l’assurance-chômage qui intéresse une grande partie de la population. Pour le candidat Emmnauel Macron, un nom très répandu dans les différents sondages, la solution est d’ouvrir l’allocation chômage à plusieurs millions de français de plus (les salariés démissionnaires et les indépendants en premier plan).

Dans un secteur où les compagnies d’assurance, comme Filiassur, s’ouvrent de plus en plus sur le marché, une telle proposition aura bien des retombées sur l’ensemble du domaine.

Ou Emmanuel Macron veut en venir avec sa proposition ?

« Demain, nous devons rétablir de véritables sécurités professionnelles, universelles, simples et efficaces, qui puissent accompagner chacun d’entre nous quel que soit son statut », voici comment explique Emmanuel Macron sa vision au marché de l’emploi actuel qui manque d’assurance suffisante, notamment pour les indépendants et les salariés démissionnaires. Pour les premiers, ils ne sont pas à l’abri d’une baisse d’activité qui menacerait leur continuité, tandis que les démissionnaires n’ont pas de sécurité à leur actif lorsqu’ils quittent leur travail pour évoluer.

Pour pouvoir réaliser son programme, l’ancien ministre de l’Economie prévoit d’ouvrir l’allocation chômage à tous les actifs (entrepreneurs, agriculteurs, commerçants ou artisans. La même condition s’appliquera à tous les salariés français qui auront droit, tous les cinq ans, à une allocation chômage pour changer d’activité ou monter leur propre projet. De l’autre coté, les demandeurs d’emploi dans ce cas seront de plus en plus contrôlés, voire même sanctionnés s’ils refusent plus de deux offres décentes d’emploi.

Les couts de la proposition Macron

Alors que le flou règne encore sur le coût réel de la proposition d’Emmanuel Macron pour l’assurance-chômage, les estimations du Figaro prévoient qu’un montant de 1,44 milliard d’euros est le minimum requis pour financer une allocation universelle. Pour le financement, le candidat à la présidentielle affirme qu’il possède de plusieurs pistes à commencer par les 10 milliards d’euros d‘économies qu’il compte récupérer après cette réforme structurelle.

Pour équilibrer encore plus la donne, Emmanuel Macron propose d’augmenter la contribution sociale généralisée (CSG) de 1,7 point en supprimant également les cotisations salariales pour le chômage. Pour l’ancien ministre de l’Economie, l’idée principale est de mettre l’assurance-chômage, gérée actuellement par les partenaires sociaux, sous le contrôle de l’Etat.